Fiche révision Gauguin


Ce qu'il faut retenir....

Paul Gauguin (1848-1903)

Après avoir travaillé plusieurs années en temps qu'agent de change, Gauguin se met à peindre à 36 ans. Sa passion occupe toute sa vie et il se sépare de sa femme et de ses enfants. Il se déplace entre Paris et la Bretagne où il finit par s'installer dans le village de Pont-Aven. Il y crée une école d'art avec le peintre Emile Bernard. Son art est incompris et critiqué. En 1891, il part pour la Polynésie durant 2 ans, revient en France et repart aux Marquises où il meurt en 1903.

Les œuvres de Gauguin sont reconnaissables à leurs aplats de couleurs, elles se rattachent au symbolisme et au courant créé par le peintre : le synthétisme.
Le synthétisme : genre artistique issu du cloisonnisme (refus du détail, aplats de couleurs cernées de couleur sombre) et de l'art primitif (rejet de la peinture académique, notamment de la perspective, recherche d'authenticité, découverte des arts non occidentaux).

L'autoportrait au Christ jaune" 1889

Huile sur toile
38x46
Musée d'Orsay, Paris

Tableau en trois parties pour 3 autoportraits.

au centre, au 1er plan : Gauguin en buste, de 3/4 se regarde et donc regarde le spectateur.  Le portrait est ressemblant, il est traité avec des couleurs froides (dominance bleue) et de forts contrastes ombre/lumière (clair-obscur). Son front est particulièrement éclairé.

Derrière lui, le fond est divisé en deux parties :
à gauche à l'arrière plan : Gauguin crucifié en "Christ Jaune" dans la reproduction de sa toile peinte la même année. Partie très lumineuse (dominance jaune) traitée en aplats à la manière du cloisonnisme.

à droite à l'arrière plan : Gauguin métamorphosé en "pot de tabac" grimaçant, céramique qui fut effectuée par le peintre, posée ici dans une niche sombre sur une étagère. Partie la plus obscure du tableau, cloisonnée et isolée du reste de la toile, qui montre par son sujet l'intérêt de Gauguin pour le primitivisme.

Ce tableau appartient au genre artistique : Le synthétisme

 
C'est aussi un portrait symbolique : Gauguin dévoile les différentes visions qu'il a de lui-même : d'un côté son sacrifice de peintre incompris et d'homme n'ayant plus auprès de lui sa femme et ses enfants (sa sacralisation dégage malgré tout un sentiment de plénitude avec la couleur jaune et la simplification des formes) , de l'autre côté son isolement (à part sur une étagère enfermé dans une niche) et ses instincts primaires critiquables  (il boit et il fume trop...le pot de tabac, pot de terre rouge, pétrifié par le feu, que Gauguin surnommé "la tête de Gauguin, le sauvage", incarne la souffrance et le caractère indompté du peintre).

Placé au centre de sa toile, au 1er plan, son 3eme autoportrait prend le dessus (front éclairé = pensées qui dirige les émotions) et laisse derrière lui ses deux objets de tourment. Il affiche un regard déterminé vers le spectateur, alors que les deux portraits à l'arrière plan dirigent leur regard sur le portrait central. (voir fiche complète sur Gauguin)






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire